Témoignages

Îngerul fetiţei mele

Într-o dimineaţă de vară mama, poloneză din regiunea Huşilor, cunoscătoare la perfecţie a limbilor franceză şi  germană, m-a condus pe strada din spatele casei, trecând pe lângă conacul lui Petru Poni şi Liceul de fete « Oltea Doamnă » spre vechile case dintre străzile Ralet şi Palade. Ne mutasem de curând într-un mic apartament pe strada Muzelor şi tata, descendent al vechilor familii Pendefunda din nordul Greciei, muncea cu trei servicii să poată menţine o stare socială cât de cât acceptabilă în regimul comuniştilor, părinţii mei neavând o origine « bună ». Aşa am cunoscut-o pe Charlotte Sibi, o femeie sfântă, care mi s-a părut dintru început că are o asemănare perfectă, prin prestanţă, modestie şi mărinimie totodată, cu imaginea mea despre Sfânta Fecioară.

Domnişoara Sibi, cum o numeam noi, elevii ei, sârguincioşi şi mândri, m-a întâmpinat cu un zâmbet cald, dar care dădea de înţeles că urma să mă studieze în amănunţime şi, dacă nu eram ascultător, va găsi leacul să mă îndrepte pe calea cea bună. Lecţiile au început, în general după-amiezile şi, când mama i-a sugerat că nu se poate apropia de biserică pentru că tatăl meu şi-ar putea pierde şi bruma de bani pe care o câştiga şi poziţia pe care începuse să şi-o creeze prin atâta muncă, a aşezat orele mele marţea şi vinerea înainte de oa 6 după-amiază. Din prima zi, m-a atras cu stilul lecţiilor: un verb, o poesie, câteva cuvinte de vocabular, un cântecel şi totul se puncta. La mai multe puncte primeam un cadou. Chiar mama se întreba dacă banii aduşi pentru lecţii ajungeau pentru atâtea Récompense pour le Bon Travail. Şi azi mai am în pod jocuri pe al căror capac scrie şi semnează, Charlotte Sibi. Mi-a plăcut duioşia ei, blândeţea, toleranţa şi chiar când ascultându-te, închidea ochii, nu puteai greşi. Spiritul ei veghea asupra mea ca un înger.

Am iubit-o din ce în ce mai mult. Mă întâlneam acolo cu mulţi copii a căror soartă se schimbase de când veneau în mica curte plină de liliac şi ale cărei scări se roteau spre terasa unde stăteam ades să respir încă, pe vremea aceea, un aer patriarhal. Am simţit că şi ea mă îndrăgise, poate chiar de la început, acordându-mi încrederea de a aprinde lumânările pe micul altar aflat deasupra cărţilor pe perete şi învăţându-mă ceea ce era interzis în casa mea, Crezul şi Tatăl nostru în franceză şi latină. Mult timp le-am ştiut doar aşa şi de câte ori am mers împreună în vechea bisericuţă de pe strada Ştefan cel Mare, le rosteam fără grijă că cineva mi-ar face vreun rău. Eram cu ea. Mama mă încredinţase aripilor sale care mă vegheau. Ascultam siderat şi în extaz, pios şi pătruns liturghia, pentru ca apoi să ne întoarcem pe jos spre casă pe strada nou numită Karl Marx. Sunt sigur că au atras-o, poate, dorinţa mea de a învăţa o limbă ce mi-a devenit a doua limbă maternă, cel puţin aşa îmi place să spun gândindu-mă la măicuţa Sibi şi faptul că a simţit că, în acea lume căreia nu-i aparţineam, aveam nevoie de ea. O ţineam de braţ pe stradă şi ea citea, îmi citea, îşi citea, şi ascultam; manierele, comportamentul, buna cuviinţă făceau parte din învăţăturile pe care le-am zărit mult mai târziu înscrise cu litere de aur în mine. Şi era atât de modestă. Pisicile roiau în jurul nostru, alintându-se, mângâindu-se de picioarele mele şi de fusta ei lungă. Împărţea mâncarea şi laptele cu ele. Mă chema după amiaza, şi începusem să facem lecţii fără să-mi mai primească cei cinci lei pe care mama mi-i strecura în buzunăraşul de la pantalonii mei scurţi şi ne rugam împreună.

Ştii ce-i acesta?, m-a întrebat arătându-mi rozariul. Nu ştiam. De unde să ştiu când nici icoana din casa unor vecini ortodocşi nu o văzusem la mine în casă. Am învăţat să-l descânt la început în cel mai simplu mod şi apoi… A aflat tata de la un om de bine care i-a şoptit faptul că mă văzuse la Biserica Catolică din centru.

Dar era prea târziu. Crescusem şi învăţasem franceză şi în acelaşi timp să-mi cercetez cugetul. Cu ajutorul îngerului meu îl descoperisem pe Isus şi îmi dezvăluiam felul de a gândi, de a simţi, îmi arătam sentimentele adevărate de creştin. Imi povestea despre o lume care dispăruse, dar nu din ochii ei, despre oameni care nu mai erau dar nu din amintirea ei. Imi povestea despre tinereţea ei, despre momentele frumoase de pe cînd tatăl ei era consul şi drama iubirii, a refugiului şi obida unui oarecare domiciliu forţat. Iubea copiii în dorul celor pe care nu’i avusese ea.

Într-o zi, în camera aceea mare împărţită de mese şi vrafuri de cărţi m-a luat de o parte şi mi-a dat o misiune. Un scop reprezintă pentru un tânăr adolescent o sarcină extrem de tainică, secretă chiar: să nu uit niciodată să fiu bun, să-i ajut pe ceilalţi (mai ales că aflase că alesesem medicina ca vocaţie), să fiu un bun creştin (nu întrevedea vreo şansă de schimbare a societăţii) şi în acelaşi timp să citesc şi să scriu. Să citesc mult, numai cărţi de valoare, aşa cum îmi recomandase şi îmi dăruise ea şi să mărturisesc un crez în faţa tuturor, de care să nu-mi fie ruşine, şi să scriu.

Acum când fetiţa mea a luat Prima Sfântă Împărtăşanie, se duce singură la biserică, cu credinţă şi chemare, citeşte şi scrie, cântă şi pictează osana către Dumnezeu, văd puritatea şi curăţenia sufletească a îngerului care, poate, acum din ceruri, o călăuzeşte şi pe ea.

2012

Prof. dr Liviu Pendefunda (UMF Iasi)

Academician World Academy of Letters

Témoignage de Rodica Cârja, ancienne élève de Botosani et amie de Charlotte Sibi (2012)

Am cunoscut-o pe Charlotte Sibi – deoarece am făcut parte din ultimele ei eleve – la Liceul de Fete din Botoșani. Când am terminat liceul, în același an1949 a ieșit și ea la pensie. A ieșit mai devreme cu mult decât trebuia, deoarece comunismul era în floare și a fost obligată să o facă prin amenințări – din cauză că se ocupa prea tare de elevele ei – și le aducea la credință.

A venit ca profesoară de franceză la Botoșani datorită unei persoane de la noi – Cornelia Braitenfeld care lucra la Biblioteca Centrală din Iași. După ce și a primit posturile de franceză libere la școli, Charlotte Sibi a recurs la ea ca s-o îndrume unde să se ducă să fie profesoară, adică în special, unde este biserică catolică și un preot bun. Și Cornelia a sfătuit-o să ceară orașul Botoșani – unde este o biserică mică dar frumoasă – și mai ales un preot foarte bun Wilhelm Clofanda. Și ea a acceptat. Preotul respectiv a fost tot timpul cât a trăit, pentru ea, un sprijin, un sfătuitor și un duhovnic.

Tot timpul a fost profesoară la Botoșani. A stat în chirie la o altă profesoară – Solange Ionescu – până a plecat la Iași după pensionare.

Eu am cunoscut-o prin anul 1941. Eram în clasa IV la Liceul Comercial si atunci m-am transferat la liceul de fete. Din clasa V am avut-o dirigintă. N-am să uit niciodată de felul în care făcea diriginția.

În prima oră pe care am avut-o cu ea ne-a pus întrebări scrise – la care trebuia să răspundem tot în scris. Erau întrebări care, prin răspuns, îți dezvăluiai felul de a gândi, de a simți, îți arătai, fără să vrei, sentimentele religioase pe care le aveai, pe scurt tot interiorul tău îl descopereai, aproape fără să-ți dai seama. Eu eram ortodoxă, religia era cam de suprafață, fără conținut, părinții mei nu prea erau religioși – pe mine mă atrăgea frumusețea și perspectiva Paradisului.

Din prima zi, Charlotte Sibi m-a atras. Mi-a plăcut duioșia ei, blândețea ei, faptul că parcă respira bunătate și iubire. Am iubit-o mult tot timpul. Și ea m-a îndrăgit, cred, de la început. Au atras-o, poate, răspunsurile mele sau și-a dat seamă că aveam nevoie de ea. Am devenit cu adevărat, ca mamă și fiică. În primul rând a început cu educația religioasă. Odată cu învațarea limbii franceze mă învața religia. Mă chema după amiaza, aproape în fiecare zi, făceam lecții fără să-i dau bani – și ne rugam împreună, atunci m-a învațat să fac Rozarul – îl făceam împreună. Se străduia să mă instruiască, să mi-l descopere pe Isus, pe Sfânta Fecioară, visa să mă facă călugăriță. M-a dus la Biserica Catolică, mergeam dimineața cu ea la slujbă și apoi la școala. Mă forma la catolici. Toată lumea o iubea. Era foarte apropiată de eleve.

Dădea lecții. Odată cu ele îi instruia pe copii și religios. A dat lecții până la sfârsitul vieții.

Am aflat că a avut, odată, un prieten. S-a desparțit de el pentru că el a vrut să se facă preot. Ea era de părere că nu trebuie să te căsătorești cu un bărbat care vrea să se facă preot deoarece, dacă se răsgândește, prin căsătorie – preoția nu mai poate exista. Bărbatul respectiv era medic. L-am cunoscut. Era medic bun. Ea nu s-a mai măritat – și nici bărbatul în cauză nu s-a căsătorit.

Era foarte ocupată. Camera ei era plină de cărți – în special religioase. Era foarte citită, foarte cultă. Prețuia fiecare clipă din timp. Când mergea la școală avea mereu, cu ea, o carte de citit – și citea tot timpul pe stradă.

A fost diriginta mea 8 ani – din clasa V până în clasa XII. A reușit să mă învețe franceza fără nici un ban, pentru că, mama mea, geloasă, nu era prea bucuroasă de această prietenie. M-a învățat franceza ca să pot vorbi și citi cărți. M-a instruit și religios și mi-a deschis alte perspective de viață. La 18 ani am devenit catolică și nici o secundă din viață mea nu am regretat acest pas.

Pentru mine Charlotte Sibi a fost îngerul care m-a condus și m-a format.

Casa în care a locuit în Botosani a fost demolată. A plecat în Iași unde a stat în casa părinților ei. Am ținut legatura cu ea și după plecare. Era aceeași dar fără putere. Mergea în fiecare zi la biserică – dar, după un timp, a renunțat, nu mai putea. Mi-a zis că venea, miercurea, în fiecare săptămână, un preot care celebra Sfânta Liturghie la ea, și îi dădea Sfânta Împârtășanie. S-a îmbolnăvit, după câte știu, pe 23 aprilie 1989 – și a murit pe 24 mai 1989. Pe 19 mai, mi se pare, am fost la ea. Era la spital, a fost ultima noastră întrevedere.

Toată viața s-a ocupat de copii și a căutat să-i îndrume spre Dumnezeu.

Știu că exista în școală o evreică – nu-i mai știu numele, care, datorită lui Charlotte Sibi se făcuse catolică. Părintele Wilhelm Clofanda a spus de ea că era foarte credincioașă – și că micile păcate pe care le spunea la spovadă îl facea să-i fie rușine, căci păcatele lui, deși preot, erau mai mari.

Se ruga mult, era nelipsită la biserică. În timpul Postului Mare făcea zilnic Calea Crucii – singură sau în grup cu alți credincioși din biserică.

Era foarte discretă – deși prietenoasă și gata de a servi și ajuta pe ceilați. Ea nu vorbea nimic despre ea. Avea o frază pe care o spunea mereu: „ le moi est haïssable”. Prietena ei din cer era Sfânta Tereza a Pruncului Isus – pe care o iubea mult și pe care căuta să o imite prin viața ei.

Am scrisori în care se vede mai clar unirea ei cu Dumnezeu și dorința ei permanentă de a face voința Lui în toate. Scrisorile sunt din anul 1967 și ajung până în anul morții ei 1989.

Charlotte Sibi a rămas în conșținta tuturor care au cunoscut-o ca o persoană sfântă, modestă, bună și iubitoare cu toate persoanele cu care venea în contact.

Interview de Mme Petrescu-Dâmbovita (90 ans), amie de Charlotte Sibi (2012)

Polonaise, j’étais réfugiée à Iasi – venue de Cernauti -quand j’ai connu Charlotte Sibi, pendant la guerre (M.Singevin était alors lecteur de français) – il y avait  beaucoup de réfugiés polonais à Iasi. Mon amie, Marika, jeune blonde, très belle, était réfugiée avec sa famille et ils étaient énormément aidés par Charlotte et sa famille. Elle lui donnait même de l’argent.  Les Polonais avaient très peur alors des Allemands car ils pouvaient à tout moment les expulser. Elle a été placée à Notre-Dame de Sion où Mère Laurence était la directrice et Charlotte s’occupait beaucoup d’elle et c’est ainsi que je l’ai connue.

La première fois que je l’ai vue c’était chez elle où plus tard elle donnera ses leçons. Les visites chez la famille Sibi, pendant la seconde guerre étaient une bénédiction pour les intellectuels de Iasi. Le professeur Sibi représentait l’Europe occidentale à Iasi, agent consulaire de France, professeur de français et d’anglais. Il représentait la France et l’Angleterre pendant la guerre et sa maison était une institution consulaire française… Tout le temps il écoutait les radios de l’ouest pour se tenir au courant de l’évolution de la guerre.

Une parenthèse : pendant la présence militaire allemande, dans une unité de l’armée stationnée à Iasi s’est trouvé un Français, Alsacien ou Lorrain incorporé de force. Il a appris qu’il y avait des Français ici, s’est enfui de la caserne et a été courageusement aidé par toute la famille Sibi, caché et évacué.

Je rencontrais Charlotte bien sûr aussi à l’église puisque nous étions catholiques. Elle allait tous les jours à la messe du matin, puis à ses leçons. Elle était très modeste et très discrète, mais celui qui s’adressait à elle avait toujours une réponse… Elle aidait beaucoup de personnes, discrètement, de l’argent dans des enveloppes…

Charlotte racontait souvent l’histoire du bateau que la famille devait prendre pour rejoindre la France pendant la 1ère guerre mondiale, qu’ils ont raté à cause d’un retard et qui a coulé. Cette histoire l’a profondément marquée et elle y voyait un signe.

C’était une grande chrétienne mais pas une chrétienne rigide, par exemple lorsqu’elle était à Botosani elle était amie avec un prêtre orthodoxe érudit dont je ne retiens pas le nom, peut-être celui du lycée. Elle discutait avec lui de littérature allemande, elle connaissait la langue allemande. Sa mère était d’origine allemande, protestante.

Les trois sœurs étaient formidables, mais l’éducation de Madame Sibi leur avait été inculquée, de rigueur. Sa mère se promenait souvent dans la maison avec un coussin sur la tête, elle souffrait de maux de tête. Elle était assez réservée, rigide, se plaignant souvent de différentes douleurs. Monsieur Sibi était plus sympathique et ouvert comme les Français. Sa sœur Alice a pratiquement été « enlevée » par son mari. Charlotte était belle et Marie très belle même. Charlotte ne s’entendait pas parfaitement avec sa sœur Marie qui ne croyait pas vraiment.

Charlotte était une grande patriote. Elle parlait tout le temps aux enfants de la France, leur chantait en français et tous les enfants l’aimaient et aimaient la France avec elle. Je l’ai beaucoup aimée. Elle a vécu très modestement. Elle n’avait pas une vie sociale très développée après la mort de son père et le mariage d’Alice, ils recevaient peu de visites à la maison à part celle des élèves.

Elle m’a informée sur le dr. Alexis Carrel, assistant du grand Testut dont on parlait parfois.

A partir des années 1960, ma fille Wanda prenait des leçons de français avec Charlotte qui venait à la maison puisque nous étions amies, mais ma fille allait chez elle lorsqu’il y avait des fêtes des anniversaires. Elle avait une telle patience et consacrait tant de temps pour chaque élève.

J’ai eu de beaux cahiers avec des exercices spirituels qu’elle avait écrits mais avec le refuge je les ai perdus.

Je suis très contente que nos prêtres et nos évêques, Despinescu, Gherghel et Fechet lui accordent toute l’attention. Et s’ils ont été d’accord pour ouvrir le procès de béatification de Charlotte, je les admire pour cela. C’est une belle chose et tout à fait méritée pour Charlotte. Elle  a été une grande chrétienne mais pas une rigide, elle était très tolérante avec toutes les confessions. Elle mettait l’accent sur nos racines religieuses judéo-chrétiennes « nous sommes tous judéo-chrétiens ». Elle admirait les Grecs et les Juifs avec leurs philosophes.

J’ai été la voir à l’hôpital aux urgences avec Risette, la fille d’Alice, qui s’est mariée avec un gréco-catholique et dont le fils est évêque gréco-catholique de Cluj-Gherla. J’étais à l’hôpital quand un parent d’élève est venu avec une phrase en français que sa fille n’avait pas écrit correctement.  Elle a bondi pratiquement et lui a donné la réponse ! (Iasi, 05.06.2012)

Interview-portrait avec le Père Anton Despinescu (réalisé en mai 2009 par Olivier Dumas)

Mon Père, qui était la Charlotte Sibi que vous avez connue ?
Je l’ai connue enfant quand j’avais 14 ans, elle avait environ 35-40 ans elle était jeune et tout le monde connaissait Mlle Charlotte.
J’étais Enfant de Cœur à l’église et pour la quête, la collecte, j’allais avec un plateau et ça m’a marqué car elle avait toujours dans un petit livre de prière, préparé un billet neuf pour la quête qu’elle mettait très discrètement dans le plateau de la collecte.
Charlotte Sibi faisait partie d’une équipe de femmes très pieuses qui presque chaque jours, ensemble, dans l’ancienne église de la paroisse catholique restaient prier ou faire des exercices de piété et elle était le leader de ce groupe.
Je la considère moi même et pas seulement moi comme une sainte, parce que elle était si pieuse et si charitable même à un âge avancé, et qu’elle a eu beaucoup à souffrir à cause des communistes. Elle était professeur dans le grand lycée public de filles de Botosani et on l’a chassé de l’enseignement parce qu’elle était pratiquante ! Heureusement, un de ses élèves qui était arrivé à un poste important dans le nouveau régime a eu le bon sens de l’aider à obtenir une pension, mais elle a préparé beaucoup d’enfants avec des cours de français. Elle n’avait pas besoin de beaucoup d’argent car elle vivait dans la maison de l’ancien « consul » Joseph Sibi avec la grande famille Caraman, elle avait son appartement là-bas et ce qu’elle gagnait lui suffisait, parce qu’elle n’avait pas de tarifs fixes et chers.
Une heure de français chez Charlotte S. était une satisfaction, c’était une grande joie d’avoir C.S. pour enseignante car elle avait toujours dans sa pièce des objets, des jouets et des livres et les enfants qui suivaient les cours de français avec Charlotte bénéficiaient en même temps d’une éducation morale et civique. Elle leur inculquer d’aimer les parents, de respecter les autres enfants, la collégialité, la politesse. Elle était la politesse incarnée.
Elle a suivi les cours de l’université à Iasi, à la faculté des lettres, je ne sais si elle a été à l’école de Notre-Dame de Sion mais un arrière-neveu de C.S. est évêque greco-catholique à Cluj.
Elle écrivait dans le jounal Lumina Creştinului avant la 2ème guerre mondiale.
Après son exclusion de l’enseignement elle a pu continué à donner des cours de français chez elle, les autorités l’ont laisser faire parce qu’il y avait des anciens élèves qui occupaient des postes dans la hiérarchie communiste et ces ex-élèves la protégeait en quelque sorte comme pour son aide de pension, mais elle était inoffensive Charlotte, non, elle ne faisait pas du tout de propagande elle s’occupait des enfants avec son tact sa méthode exceptionnelle pour apprendre le français aux gamins de 3 à 5 ans et dans la mémoire de ces enfants elle est restée unique j’ai écrit un article avec ces témoignages.
Le mercredi de chaque semaine les 3 dernières années j’ai été chez elle pour lui donner la communion, parce qu’elle était très pratiquante et les dernières années elle ne pouvait plus aller à l’église alors comme me connaissait bien et que je n’était pas loin au Séminaire, j’y allait chaque mercredi, jour de Joseph époux de Marie, le patron de son père, dont avait la piété. C’est comme ça que j’ai pu la connaître de très prés.
Savez-vous pourquoi son père, qui avait été séminariste à Paris, était venu à Iasi, personne ne semble le savoir ?
Moi je crois que je sais… il est venu à Iasi pour nous donner trois filles, trois âmes merveilleuses, exceptionnelles, Marie, Alice et Charlotte…

2ème rencontre avec le père Despinescu en septembre 2009

C’est une bonne idée l’association, une bonne initiative et je m’y associe de tout cœur.
J’ai eu des documents après la mort de Charlotte Sibi, M. le prof Caraman m’a donné 3 valises, pleines de divers livres, papiers, lettres, cahiers qu’elle a écrit, témoignages d’anciens élèves mais je n’ai pas eu le temps de m’occuper de et héritage précieux. Il y a quelques semaines Mme Alice Crihalmeanu de Cluj est venue chez moi avec son mari et je lui ai donné tout ça, peut que son fils, l’archevêque gréco-catholique lira, étudiera cette héritage.
Parce qu’elle ne lisait pas simplement un livre mais toujours avec un crayon dans sa main elle soulignait ce qui lui plaisait beaucoup et si cela lui inspirait une idée elle l’écrivait sur le livre, c’était une femme très pieuse et très pratiquante jusqu’à 3 ans avant sa mort elle allait à l’église chaque matin elle allait à la messe et le soir aux vêpres. Elle était toujours dans ce climat, disons… ascétique chrétien, toujours en prière intérieure. Quand elle donnait des leçons aux petits elle avait toujours une petite image et elle commençait avec une petite prière courte comme « Inger, ingerasul meu… ». Le français était toujours lié avec une bonne pensée, d’esprit .
A l’église elle avait un groupe de femmes pieuses autour d’elle, elle animait ce groupe avant la guerre le 22 juin 1941 – j’avais 14 ans j’étais enfant de cœur – et même après la guerre et pendant le communisme des femme l’entourait, parce qu’elle a été éloignée de l’enseignement en 1949 et sa chance a été son œuvre de donner des leçons aux enfants, dont les parents étaient souvent des gens respectés par le régime. L’un d’eux, juif, l’a aidé à recevoir une pension partielle de quelques centaines de lei 800 ?, à peu près la moitié d’une retraite complète. Elle donnait des leçons mais elle n’en profitait pas, elle était très généreuse, elle aidait beaucoup tout le monde, les femmes autour d’elle avaient des problèmes dans leur famille alors elle était comme une conseillère spirituelle et quand une femme était dans le besoin, toujours très discrètement elle avait des enveloppes et mettait un billet dedans. Après l’instauration du communisme les prêtres étaient surveillés de près et avaient des problèmes mais elle comme elle était déjà éloignée de l’enseignement, marginalisée mais d’origine française quand même peut être que la Securitate la laissé en paix. Il y avait une dizaine de personnes avec elle sur son banc dans l’église. Elle était assise vers le milieu de l’église côté droit au bord de l’allée principale en marchand vers l’hôtel. De l’hôtel elle était assise côté gauche au troisième rang des adultes, derrière les bancs réservés aux garçons. Après la messe Charlotte avait un programme de piété, de prières alors tout son groupe se rendaient pour méditer devant chaque station du chemin de la croix de la passion du christ et elle était l’animatrice, quelque fois elle restait une heure ou deux dans l’église après la messe. Je l’ai dit, tout le monde la voyait comme une âme vraiment très pieuse comme une sainte et peut-être son arrière neveux au vue de ses document pourra commencer un procès canonique pour la déclaration des vertus de cette personne, c’est un procès long et coûteux pour canoniser quelqu’un c’est une congrégation pour les causes des saints mais maintenant c’est le moment de noter d’écrire et je suis sur que l’archevêque fera de son mieux pour cela.
La messe a été en latin en Roumanie jusqu’en 1975 car nous étions en Roumanie Socialiste, nous ne recevions pas les documents et décrets officiels du concile, en plus notre évêque était âgé, prudent et conservateur. Il ne voulait pas se mettre en conflit avec les autorités et a préféré attendre le bon moment. Après la visite de Ceausescu à Paul VI en 1972-73, il a compris qu’il pouvait être plus compréhensif avec les catholiques. En 1973 on a permis à 3 prêtres de chez nous de Iasi d’aller à Rome pour des études des spécialisations.
L’élection de Jean Paul II a été bien reçu en Roumanie, d’une manière générale parce qu’il n’était pas bien vu par Moscou, c’était un phénomène, pour nous, un ecclésiastique d’un pays communiste sur le trône de Pierre, voilà… Les fidèles et Charlotte se sont réjouis et elle espérait voir le moment de l’écroulement du communisme et elle est morte à la veille de cet évènement. Je suis sur qu’elle a prié beaucoup pour cela et pour son neveu l’archevêque gréco-catholique. Elle a offert à Dieu toutes ses souffrances parce que les trois derniers mois elle souffrait énormément à cause de sa fracture du bassin et elle était à l’hôpital d’urgence dans une « réserve » une chambre individuelle mais elle soufrait elle était vieille et les traitements sont toujours relatifs à cet âge et elle disait « J’offre mes souffrances pour mon neveux » parce qu’elle espérait beaucoup que ce jeune qui avait environ 18 ans et n’était pas encore au séminaire, il ne savait pas quoi faire alors, aujourd’hui, il est archevêque.

Interview-portrait avec Fraga Caraman (réalisé par Olivier Dumas en mai 2009)

Des 3 sœurs Sibi Charlotte était la plus croyante et la plus pratiquante, elle allait tous les matins à l’église catholique, sa sœur Alice y allait tous les dimanches, comme leur mère Henriette, et Marie leur sœur aînée était plutôt athée, comme leur père Joseph, qui pourtant avait fait le séminaire et commencé le grand séminaire à Paris ! Charlotte et Alice ont influencé d’ailleurs par leur foi et leur pratique leur neveux et petit-fils qui est devenu évêque gréco-catholique à Cluj.
Fraga Caraman :
« On ne sait pas pourquoi Joseph Sibi est venu à Iasi mais il a enseigné dans les années 1890 dans un lycée privé pour garçons de bonnes familles, nommé « Institutele-Unite » où il a eut comme élève mon grand-père (le fils de Teodor Serbanescu qui a été Junimiste, poète) mais nous ne savions pas que Joseph avait fait le séminaire, pour nous il n’était pas pratiquant ! Après quelques temps à Iasi il a voulu repartir en France puis il a été invité chez des amis à Bucium, il y est allé à cheval et c’est là qu’il a rencontré Horthense, elle l’a vu et ça a été le coup de foudre et quand il lui a dit après qu’il voulait partir en France elle a commencé à pleurer, c’est sa fille Marie qui me l’a raconté. Sa famille de France, des Alsaciens se sont fâchés terriblement lorsqu’il a épousé une allemande. Pendant la première guerre lorsqu’ils sont partis en France, après il voulait rester en France mais Mme Sibi, Horthense, qui était très autoritaire, allemande, a refusé. Joseph Sibi parlait tout le temps français, il n’a jamais parlé le roumain. Sa femme parlait français elle a donné des cours de français ici. Elle était d’une très bonne famille de pharmaciens allemands installés à Bucarest, avec des parents à Iasi, à Bucium ».
En 1895 ou 1896 Joseph s’est marié, et décide de rester définitivement à Iasi, le 5 octobre il demande à s’inscrire à la Faculté des lettres de Iasi et le 10 octobre née sa première fille Marie. Les 3 filles du couple sont naitront à Iasi, françaises par leur père, un doute existe sur l’acquisition de leur citoyenneté roumaine, à leur naissance (sur le sol roumain) ou, plus vraisemblablement, plus tard, à leur majorité, à la fin de leurs études pour pouvoir travailler dans l’enseignement public roumain. A ce moment-là elles ont du perdre leur citoyenneté française car le code civil de l’époque (jusqu’en 1945) n’admettait pas la double citoyenneté des « français de l’étranger. M. Sibi, lui, est resté français jusque un an avant sa mort quand le régime communiste l’a obligé à prendre la citoyenneté roumaine.
Fraga Caraman : « Joseph parlait si joliment français avec des expressions, de l’humour, sauf pour les « boches », ah, il détestait les allemands, sauf sa femme, bien sur.
Alice a été élève chez les filles orthodoxes rue Lascar Catargi, mais Charlotte a été chez les sœurs de Notre-Dame de Sion, comme Marie je crois avant elle. Mais Marie était devenue tellement influencée, qu’elle rentrait à la maison et ne faisait que prier, alors Monsieur Sibi l’a retirée de là, il n’aimait pas ça… Charlotte y a pourtant été aussi, et même interne je crois, elle en a été très influencée. Après ses études à la Faculté des lettres de Iasi, on ne l’a pas retenue à l’Université c’est curieux, mais c’était très difficile d’y enseigner alors, même dans les lycées il y avait des examens, mais elle pouvait réussir avec son français, elle était française on aurait pu la garder à l’université. Je ne sais pas si elle a été professeur à Iasi comme sa sœur Alice, je ne crois pas elle a été professeur à Botosani en revanche. Charlotte était professeur de français au lycée public de filles de Botosani lorsqu’elle a été exclue de l’enseignement après une inspection où elle s’est opposée à une inspectrice athée ce déclarant ouvertement croyante et catholique pratiquante en face des élèves…
Avant la guerre Marie Sibi, en 1924, qui était très bien payée à l’Université de Médecine, avec l’aide de son père, a acheté la grande maison de la rue Palade (construite en 1920) et les Sibi, qui vivaient la vieille petite maison de Codrescu s’y sont installés.
Pendant la deuxième guerre Charlotte s’est réfugiée à Zlatna, avec sa mère, qui est morte là-bas. Les autres sœurs n’y étaient pas. Puis elle est revenue à Iasi où toute la maison était occupée par des gens, Tante Marie dormait dans la salle de bain et Tante Charlotte dans le salon, dans une autre pièce du rez de chaussée habitait M. Sibi – c’est la pièce qu’a occupé Charlotte à sa mort dans les années 50. Quand elle travaillait à Botosani elle revenait chaque week-end à Iasi et elle dormait dans le salon. Elle a enseigné beaucoup d’années à Botosani et elle avait de très bonnes élèves, d’une très bonne société. Et beaucoup d’élèves de là-bas l’ont aidé après son départ, pour obtenir une petite pension…Après elle a enseigné ici à la maison et on l’a laissé tranquille parce que peut-être aussi d’anciens élèves et sa sœur Marie l’ont protégé. Marie a fait que la la maison ne soit pas prise par les communistes, nationalisée.
Entre elles les trois sœurs parlaient français, Charlotte parlait très rarement en roumain, parfois avec des parents où de petits élèves, où dehors. Marie qui enseignait à l’université parlait plus souvent le roumain que le français après la guerre, des trois sœurs, parfois même elle leur parlait un mélange de roumain et français et Charlotte n’aimait pas ça du tout ça l’énervait et disait ou tu parles roumain ou tu parles français ! Charlotte est restée la plus « française » des trois sœurs, Marie s’est très bien intégrée au système, Alice s’est mariée à un roumain, elle a été professeur d’anglais à Oltea Doamna et à l’Institut Polytechnique de Iasi…Avec ses petites nièces (Fraga et Lotus Caraman) elle parlait français pour leur apprendre la langue dés le début.
Depuis les années 60 elle vivait dans la maison au rez de chaussée elle avait une pièce et une petite cuisine, Marie Sibi dans une pièce, ainsi que Petru et Fraga Caraman avec leurs deux filles. La troisième sœur, Alice et son mari Petru Caraman habitaient la petite maison de l’Impasse Codrescu, ancien consulat de France ayant appartenu à Joseph Sibi, qui n’existe plus.
Quand elle n’était pas avec ses enfants ou à l’église Charlotte lisait tout le temps, elle revenait de l’église à midi avec le nez dans un livre, quand elle avait du temps à la maison elle lisait où s’occupait de ses chats. Elle achetait de la viande et des organes pour les chats parce que chaque chat avait un régime de spécialités différentes, ses préférences. Mais elle avait tout le Larousse dans sa tête, s’était une véritable encyclopédie, elle avait une mémoire fantastique.
Elle aimait aussi le cinéma, on allait ensemble voir les films que passaient le soir les lecteurs français à l’université dans les années 60, 70. Elle a reçu ici presque tous les lecteurs, MM. Wallet, Louyot, après M. Bazin, on était très ami, avec M. Wallet spécialement qui nous a envoyé des livres après son départ. Mon mari Petru Caraman a même envoyé du courrier par leur intermédiaire. Mais ils étaient surveillés par la Securitate, on voyait leur voiture dans la rue qui attendait, ils ne se cachaient même pas. Elle aimait beaucoup les films, quand elle allait en ville à l’église à pieds, chaque jours, elle rentrait à pieds, achetait des livres ou des joujoux pour les enfants et certains jours, une fois par semaine elle allait au cinéma, il y avait trois cinéma sur son chemin dans le centre, elle était très intéressée par les films français, russes. Elle admirait la culture russe et la croyance du peuple russe dont elle pensait qu’il allait régénérer la foi en Europe un jour. Le soir quand il y avait le mercredi un film à la télé on l’appelait et elle venait voir le film, même si quelquefois elle s’endormait en cours de route… Une fois elle était très indignée parce que c’était un film policier avec Jean Gabin, qu’elle aimait bien, elle a dit « mais on ne comprend plus rien c’est de l’argot » et elle étant ici coupé de la France depuis tant d’années elle ne connaissait pas l’argot des années 60, 70… Une fois quelqu’un venu de France lui a dit « mais vous parlez une langue d’il y a plus de cinquante ans ». Mais elle nous apprenait de l’argot familier : « bagnole » ce qu’on voyait dans « Pif », « Vaillant ».
Dans sa pièce de cours elle avait toujours des revues françaises pour les enfants : Pif, Vaillant, Ricki et Roudoudou… auxquelles elle s’était abonné de France par la poste ou qu’elle achetait en ville avec son argent, vers la fin des années 60 jusque au début des années 70 on les trouvait (nda ces revue appartenait au groupe de presse du parti communiste français). Elle ne recevait rien de l’ambassade de France.

Interview-portrait avec Sânziana Caraman

« Tante Charlotte avait un groupe d’une quarantaine d’élèves par an mais qu’elle recevaient en cours particuliers l’après-midi, sauf parfois pour des frères et sœurs qu’elle prenait ensemble. Elle avait des marionnettes, elle organisait des tombolas, chacun apportait un objet, un jouet, on mettait des numéros, chacun tirait un numéro et gagnait un objet. On faisait des rondes et on chantait « il court il court le furet… ». elle organisait des fêtes pour les anniversaires ave tous ses enfants et prenait des photos de groupe avec son appareil photo. Etant jeune elle avait été l’ami d’Alfred Launay, français de Iasi, photographe rue Lapusneanu, et de son épouse. C’est lui qui a pris la photo du mariage d’Alice à Vârlezi. Elle ne parlait pas tout le temps français aux enfants, elle disait aux plus petits « Mamicule chéri », « Mamicule scump ».
Le dimanche toute la famille mangeait ici, ou à Codrescu, les trois sœurs, les deux Petru Caraman, père et fils, leurs épouses et les enfants et en général les deux Petru parlaient en roumain, même s’ils parlaient aussi français et alors Charlotte aussi pouvait parler roumain. Elle venait de l’église son foulard sur la tête chargée de sacs. Elle ne voyait pas la vie toute en rose elle aimait critiquer, sans violence ni agressivité, elle avait des opinions tranchées, Marie elle, voyait tout en rose, optimiste, elle disait, ce n’est rien, tant qu’on a la santé… et les deux Petru Caraman et Charlotte critiquaient, et Alice disait à son mari « Ticule, mon chéri, ne t’énerve pas » en français. Charlotte n’était pas triste, elle était sérieuse, elle souriait ou riait parfois mais en général elle n’avait pas un visage souriant mais avec un air sérieux. Ce n’était pas le style du professeur qui fait devient l’ami de son élève, elle imposait le respect, elle était très polie, et sa sœur Alice aussi, très polie. Mais elle disait les choses en face, critiquait et faisait des reproches très clairs, sans diplomatie, sans mettre des gants Elle n’était pas le style : « allez, même si tu ne sais pas très bien ce n’est pas grave ».
Elle avait la mesure pour tous. Elle ne mettait pas sa famille avant les autres personnes. Si elle avait une bonne communication avec une autre personne celle-ci passait avant la famille. Elle avait beaucoup d’amis de relations avec qui elle parlait beaucoup parfois plus qu’avec la famille. Par exemple elle recevait souvent en visite Mme Launay. Mais il y avait aussi des discussion animées en famille parce que mon père Petru Caraman n’étant pas une personne très religieuse il disait : « oui, et l’inquisition qu’est-ce-c’était ? » et elle entrait dans des discussions comme ça. Elle est allée à l’église tous les jours tant qu’elle a pu marcher, elle rentrait et elle lisait. Les deux dernières années elle ne pouvait plus, et c’est le père Anton Despinescu, qui était très attaché à Charlotte, qui venait la voir du séminaire catholique de Copou tous les mercredi pour lui donner la confession et même pour les fêtes, célébrer ici la messe.
Elle a continué à travailler jusqu’à la fin de sa vie et son deuxième accident, sa deuxième chute. Quelques mois ou quelques années après sa première chute elle est tombée une deuxième fois dans sa chambre et s’est fracturé le bassin, elle est allée à l’hôpital d’urgence mais ils n’ont rien pu faire pour l’opérer et la sauver même si on la connaissait, de nombreux médecins étaient d’anciens élèves, elle est morte à l’hôpital, elle avait quand même 87 ans et on était en 1989 »…

Témoignage de Michel Louyot

Le professeur Michel Louyot, lecteur de français à l’université « Al.I. Cuza » entre 1967 et 1970, écrit ses impressions dans un des rapports qu’il envoie à sa tutelle au début des années 1970: « Mlle Sibi a beaucoup fait, auprès des enfants, pour assurer discrètement le rayonnement de notre culture à Iasi pendant les années sombres (…) Quand on entrait dans sa chambre pour l’heure de français, on la trouvait toujours en train de prier pour ses élèves, pour leur famille, et pour un avenir meilleur en Roumanie ». (Dans Iasi à l’heure de la Francophonie d’Olivier Dumas et Guillaume Robert, Samia, Iasi, 2006, fragment lu par le père A. Despinescu lors de la soirée du 28.05.2009).
Et écrit dans un e-mail envoyé à Olivier Dumas le 13.06.2009 :
« Je prends connaissance , non sans émotion, même si mes souvenirs sont flous, de l’hommage que vous rendez à Charlotte Sibi qui, toute frêle qu’elle apparaissait, fut une vraie lumière dans cette sombre époque ».

Rencontre avec le professeur Michel Louyot, ancien lecteur à l’Université « Al.I. Cuza » (12, rue Pallady, Iasi – octobre 2009)

Plus de 40 années se sont passées, j’étais ici entre 1967 et 1970, mais le souvenir de Charlotte Sibi m’est resté, comme une lumière qu’elle était… on ne voit pas beaucoup d’êtres comme-ça dans une vie et quand on en voit, ils vous marquent. Cette dame, petite, le dos courbée, habillée en noir, effacée, qui pouvait complètement passer inaperçue, qui restait toujours un peu dans l’ombre quand la famille Caraman venait, mais moi je la sentais très fort sa présence, une présence qui était encourageante pour moi. Il émanait quelque chose d’elle de très positif alors qu’elle était effacée dans son caractère, dans sa manière de se comporter. Alors on peut interpréter ça de manière spirituelle sans être religieuse ou on peut l’interpréter de manière religieuse, sur ce problème je n’entre pas et si on l’interpréter de manière religieuse je dirais comme ça : il y a des gens qui sont des anges. J’avais une grand mère qui était un peu comme ça.
On sentais un rayonnement d’une personne sage et prudente, elle savais ne pas faire trop de bruit afin de pouvoir continuer son action avec courage et pour elle le courage c’était la patience une grande patience parce que pour traverser tout ça et continuer. Il y a eu, plus tard, le fameux discours de JP II en Pologne « N’ayez pas peur », mais elle déjà à la fin des années 60 on sentait qu’elle n’avait pas peur. Les autorités ne la considérait plus comme un danger alors, mais elle était dangereuse, car elle transmettait d’autres valeurs, d’autres exemples, sont comportement comprenait d’autres valeurs que condamnaient le système. J’ai peu parlé avec elle mais je me souviens que c’était des paroles d’encouragement et j’ai parlé d’elle dans mon rapport final de lecteur pour attirer l’attention sur elle et en pensant, pour plus tard, que c’était une personne qui mérite le respect de la part des autorités françaises. Mais elle, elle avait dépassé cela et n’attendait pas de reconnaissance.
Monsieur Michel Louyot nous vous remercions et nous vous offrons un diplôme de membre d’honneur de l’association « Charlotte Sibi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :