Les Cahiers de Charlotte (Dernier numéro)

Les Cahiers de Charlotte

Buletinul Asociaţiei « Charlotte Sibi » Nr. X Iarna 2012/2013

003

Sommaire/Cuprins :

Lancement de « Charlotte Sibi/Demoiselle de français » à  Botoșani – 06.10.2012

4ème édition du Concours Charlotte Sibi – Connaissance de la France et du français

Hommage à Charlotte Sibi du 26 décembre 2012/Omagiu din data de 26 decembrie 2012

Témoignage du Prof. Dr. Liviu Pendefunda, ancien élève de Ch. Sibi

Recension publiée par la Prof. Dr. Lelia Trocan dans les Annales de l’Université de Craiova – 2012

Extraits du journal spirituel de Charlotte Sibi

Extraits de la correspondance de Charlotte Sibi (1ère Partie)

« Les Cahiers de Charlotte » N°2/2013 (à paraître)

Adhésions/Ré-adhésions 2013

 

Lancement de la biographie Charlotte Sibi/Demoiselle de français à la Casa Corpului Didactic de Botosani le 06.10.2012

 

Une quarantaine de personnes ont participé au lancement de la biographie de Charlotte Sibi organisé par le professeur Paul Ungureanu, membre de l’Association « Charlotte Sibi » (ACS), à la Casa Corpului Didactique (ancien Lycée « Carmen Sylva ») de Botosani, le 6 octobre 2012.

Cet événement s’est déroulé en présence, entre autres, de Mme Cristina Poede, présidente de l’ACS, de Mme Silvia Carmen Diaconu, directrice de la CCD, de M. Olivier Dumas, secrétaire général de l’ACS et auteur de la biographie, M. Radu Linde, membre de l’ACS. Le public était composé d’une quarantaine de personnes, dont Monseigneur Alois Fechet, membre de l’ACS, trois anciennes élèves de Charlotte Sibi (dont Rodica Cârja et Lucretia Andronic) et de nombreux professeurs de français, dont plusieurs ont adhéré à l’ACS.

Cette rencontre émouvante a permis le « retour » spirituel de Charlotte Sibi dans les murs de son ancien lycée de Botosani et dans les cœurs de ceux qui l’ont connue ou découverte. Les médias locaux et régionaux ont relayé l’information.

 

             

Liceul Carmen Sylva (1930)  / Casa Corpului Didactic din Botosani (2012)

 

                    

 

 

4ème édition du Concours Charlotte Sibi – Connaissance de la France et du français – Décembre 2012 à l’Institut Français de Iasi

 

Pour la 4ème édition du concours, en décembre 2012 – nous nous sommes proposés de développer encore le concours en l’ouvrant aux élèves des classes de VIIIème.

 

Cette année le nombre de participants à la phase finale du concours a été de 113, mais plus de 300 ont participé aux tests de sélections organisés en classes par les professeurs.

 

Organisé par l’Association « Charlotte Sibi », l’Institut Français de Iasi et l’Ambassade de France en Roumanie, les institutions participantes au Concours ont été : l’Institut Français, les Collèges nationaux « M. Eminescu », « National », « C. Negruzzi », « G. Ibraileanu », Lycée Pédagogique « V. Lupu », Lycée « D. Cantemir » et l’Ecole Générale « B.P. Hasdeu ».

Les partenaires du concours ont été : les associations des Départements Universitaires de Français de Roumanie (ARDUF), des Etudiants Francophones (AEFI), des Professeurs de Français de Iasi (ARPF), Campus France ainsi que la maison d’édition « Institutul European ».

 

Les épreuves se sont déroulées à l’Institut Français de Iasi le 8 décembre 2012. Les remises des prix et des diplômes ont eu lieu le 15 décembre à l’Institut Français en présence de son directeur, M. Alain Ramette.

 

Pentru cea de-a 4-a ediție a concursului din decembrie 2012, am deschis concursul elevilor din clasa VIII-a.

In 2012, numărul participanților la probe finale a fost de 113, însă mai bine de 300 au participat la teste de selecție organizate în cadrul orelor de clasă de la școlile lor.

Concursul a fost organizat de Asociatia “Charlotte Sibi”, Institutul Francez si Ambasada Frantei în România. Instituțiile participante au fost: Institutul Francez, Colegiile naționale « Mihai Eminescu », « Național », « Negruzzi », « Garabet Ibrăileanu », liceul pedagogic “Vasile Lupu”, liceul « Dimitrie Cantemir » și Școala Generală « B.P. Hasdeu ». Partenerii concursului au fost: Asociația română a departamentelor universitare francofone (ARDUF), Asociația studenților francofoni (AEFI), Asociația profesorilor de franceză din Iași (ARPF), Campus France și Editura «Institutul European».

Probele s-au desfășurat la Institutul Francez din Iasi pe 08 decembrie 2012. Acordarea premiilor și diplomelor a avut loc pe 15 decembrie la Institut Francez în presenta directorului sau, Dl. Alain Ramette.

                   

 

RESULTATS de la Finale du Concours « Charlotte Sibi  – Connaissance de la France et du français» – 2012www.concourscharlottesibi.wordpress.com

 

 

8ème

  1. ISTRATI Claudia 88/99 (C.N. »M. Eminescu »)
  2. GRIGOROVSCHI Theodor Gabriel 76.5/99

(C. « National) »)

  1. ATITEI Crina 74.5/99 (C.N. « M.Eminescu »)

 

7ème

  1. BUHUSI Al. Gabriel et SANDULACHE Ioan 37/40 (CNME – IFI) 13 ans
  2. VASILIU Cezar 35.25/40 (C. « National »)
  3. ATANASIU Lucian 34 (« D. Cantemir ») et POCNET Stefan (IFI-CNME)

 

6ème

  1. PARASCHIV Stefan 33/40 (CNME) 12 ans
  2. ZAMURCA Robert 32.5 (CNME)
  3. COJOCARU Andrei 32.25 (CNME)

 

Merci à tous les professeurs participants : Gela Barbu, Irina Damaschin, Sorina Danaila, Delia Dudca, Cristian Elenin, Anca Gavril, Dumitruna Gazzi, Ana Maria Huzum, Lorina Iacob, Camelia Mancea, Maria Moisuc, Ioana Teodorescu et Oana Untu, Raluca Vârlan.

 

Hommage à Charlotte Sibi du 26 décembre 2012/Omagiu din data de 26 decembrie 2012

 

Depuis 2009, nous lui rendons hommage en marquant ce jour en nous rendant le matin, à 10.00, sur la tombe de Charlotte Sibi – qui est aussi celle de sa sœur Marie et de son père. Cette année nous avons pu apprécier la rénovation du tombeau réalisé début novembre par les soins de M. Radu Linde.

 

              

                 Inaînte (oct. 2012)                                               Dupa (noiembrie 2012)

 

Incepând cu anul 2009, ii aducem un omagiu. Pe 26 decembrie 2012, la ora 10.00, am mers la mormântul lui Charlotte Sibi – care este şi mormântul surorii sale Marie şi al tatălui său Joseph. Anul aceasta am putut aprecia renovarea mormântului realizata la inceputul lunii noiembrie prin grija Dlui Radu Linde.

                   

 

Témoignage du Prof. Dr. Liviu Pendefunda, ancien élève de Ch. Sibi

 

Îngerul fetiţei mele

Într-o dimineaţă de vară,mama, poloneză din regiunea Huşilor, cunoscătoare la perfecţie a limbilor franceză şi  germană, m-a condus pe strada din spatele casei, trecând pe lângă conacul lui Petru Poni şi Liceul de fete « Oltea Doamnă » spre vechile case dintre străzile Ralet şi Palade. Ne mutasem de curând într-un mic apartament pe strada Muzelor şi tata, descendent al vechilor familii Pendefunda din nordul Greciei, muncea cu trei servicii să poată menţine o stare socială cât de cât acceptabilă în regimul comuniştilor, părinţii mei neavând o origine « bună ». Aşa am cunoscut-o pe Charlotte Sibi, o femeie sfântă, care mi s-a părut dintru început că are o asemănare perfectă, prin prestanţă, modestie şi mărinimie totodată, cu imaginea mea despre Sfânta Fecioară.

Domnişoara Sibi, cum o numeam noi, elevii ei, sârguincioşi şi mândri, m-a întâmpinat cu un zâmbet cald, dar care dădea de înţeles că urma să mă studieze în amănunţime şi, dacă nu eram ascultător, va găsi leacul să mă îndrepte pe calea cea bună. Lecţiile au început, în general după-amiezile şi, când mama i-a sugerat că nu se poate apropia de biserică pentru că tatăl meu şi-ar putea pierde şi bruma de bani pe care o câştiga şi poziţia pe care începuse să şi-o creeze prin atâta muncă, a aşezat orele mele marţea şi vinerea înainte de oa 6 după-amiază. Din prima zi, m-a atras cu stilul lecţiilor: un verb, o poezie, câteva cuvinte de vocabular, un cântecel şi totul se puncta. La mai multe puncte primeam un cadou. Chiar mama se întreba dacă banii aduşi pentru lecţii ajungeau pentru atâtea Récompense pour le Bon Travail. Şi azi mai am în pod jocuri pe al căror capac scrie şi semnează Charlotte Sibi. Mi-a plăcut duioşia ei, blândeţea, toleranţa şi chiar când ascultându-te, închidea ochii, nu puteai greşi. Spiritul ei veghea asupra mea ca un înger.

Am iubit-o din ce în ce mai mult. Mă întâlneam acolo cu mulţi copii a căror soartă se schimbase de când veneau în mica curte plină de liliac şi ale cărei scări se roteau spre terasa unde stăteam ades să respir încă, pe vremea aceea, un aer patriarhal. Am simţit că şi ea mă îndrăgise, poate chiar de la început, acordându-mi încrederea de a aprinde lumânările pe micul altar aflat deasupra cărţilor pe perete şi învăţându-mă ceea ce era interzis în casa mea, Crezul şi Tatăl nostru în franceză şi latină. Mult timp le-am ştiut doar aşa şi de câte ori am mers împreună în vechea bisericuţă de pe strada Ştefan cel Mare, le rosteam fără grijă că cineva mi-ar face vreun rău. Eram cu ea. Mama mă încredinţase aripilor sale care mă vegheau. Ascultam siderat şi în extaz, pios şi pătruns liturghia, pentru ca apoi să ne întoarcem pe jos spre casă pe strada nou numită Karl Marx. Sunt sigur că au atras-o, poate, dorinţa mea de a învăţa o limbă ce mi-a devenit a doua limbă maternă, cel puţin aşa îmi place să spun gândindu-mă la măicuţa Sibi şi faptul că a simţit că, în acea lume căreia nu-i aparţineam, aveam nevoie de ea. O ţineam de braţ pe stradă şi ea citea, îmi citea, îşi citea, şi ascultam; manierele, comportamentul, buna cuviinţă făceau parte din învăţăturile pe care le-am zărit mult mai târziu înscrise cu litere de aur în mine. Şi era atât de modestă. Pisicile roiau în jurul nostru, alintându-se, mângâindu-se de picioarele mele şi de fusta ei lungă. Împărţea mâncarea şi laptele cu ele. Mă chema după amiaza, şi începusem să facem lecţii fără să-mi mai primească cei cinci lei pe care mama mi-i strecura în buzunăraşul de la pantalonii mei scurţi şi ne rugam împreună.

Ştii ce-i acesta?, m-a întrebat arătându-mi rozariul. Nu ştiam. De unde să ştiu când nici icoana din casa unor vecini ortodocşi nu o văzusem la mine în casă. Am învăţat să-l descânt la început în cel mai simplu mod şi apoi… A aflat tata de la un om de bine care i-a şoptit faptul că mă văzuse la Biserica Catolică din centru.

Dar era prea târziu. Crescusem şi învăţasem franceză şi în acelaşi timp să-mi cercetez cugetul. Cu ajutorul îngerului meu îl descoperisem pe Isus şi îmi dezvăluiam felul de a gândi, de a simţi, îmi arătam sentimentele adevărate de creştin. Imi povestea despre o lume care dispăruse, dar nu din ochii ei, despre oameni care nu mai erau dar nu din amintirea ei. Imi povestea despre tinereţea ei, despre momentele frumoase de pe cînd tatăl ei era consul şi drama iubirii, a refugiului şi obida unui oarecare domiciliu forţat. Iubea copiii în dorul celor pe care nu’i avusese ea.

Într-o zi, în camera aceea mare împărţită de mese şi vrafuri de cărţi m-a luat de o parte şi mi-a dat o misiune. Un scop reprezintă pentru un tânăr adolescent o sarcină extrem de tainică, secretă chiar: să nu uit niciodată să fiu bun, să-i ajut pe ceilalţi (mai ales că aflase că alesesem medicina ca vocaţie), să fiu un bun creştin (nu întrevedea vreo şansă de schimbare a societăţii) şi în acelaşi timp să citesc şi să scriu. Să citesc mult, numai cărţi de valoare, aşa cum îmi recomandase şi îmi dăruise ea şi să mărturisesc un crez în faţa tuturor, de care să nu-mi fie ruşine, şi să scriu.

Acum când fetiţa mea a luat Prima Sfântă Împărtăşanie, se duce singură la biserică, cu credinţă şi chemare, citeşte şi scrie, cântă şi pictează osana către Dumnezeu, văd puritatea şi curăţenia sufletească a îngerului care, poate, acum din ceruri, o călăuzeşte şi pe ea.

 

               Liviu Pendefunda, si cu alti copii (Tudor Lozba…) la Dra Ch. Sibi, prin decembrie 1961 ?

Recension publiée par la Prof. dr. Lelia Trocan dans les Annales de l’Université de Craiova – 2012

 

DUMAS Olivier. CHARLOTTE SIBI. DEMOISELLE DE FRANÇAIS. DOMNIŞOARA DE FRANCEZĂ,Ediţie bilingvă. Traducere din limba franceză de DUMAS Felicia, Iaşi, România, Institutul European, 2012, 480p.

 

L’ouvrage d’Olivier Dumas, Charlotte Sibi. Demoiselle de français. Domnişoara de franceză, revisite l’histoire et braque son projecteur sur «toutes celles et […] tous ceux qui enseignent la langue française, par passion et avec amour, malgré toutes les difficultés qu’ils peuvent rencontrer et où qu’ils se trouvent». (p.7), mettant en exergue la personnalité de la Française Charlotte Sibi qui a initié, «à la civilisation, à la culture et à la langue» (p.204), trois générations d’élèves, à Iaşi, à Botoşani, à Zlatna. «Le choix des contenus à enseigner attestait la préoccupation profonde de Charlotte Sibi pour une éducation plus complexe et plus nuancée de ses élèves, qui soit en parfait accord avec la morale chrétienne.» (p.214) De plus, «la méthode Sibi pour les jeunes enfants était aussi une méthode à valeur stimulatrice – du Piaget avant la lettre». (p.214)

La devise de la vie de Charlotte Sibi peut se résumer dans les paroles d’Elisabeth Lesueur: «Penser est bien, prier est mieux, aimer est tout». (p.217) Le tout «pour ne pas perdre son temps». (p.221) «Fais bien ce que tu fais!» (p.224) signifie pour Charlotte Sibi «travailler en donnant tout». (p.224)

«La moitié de Iaşi a appris le français avec Mlle Sibi.» (p.230) «[…] parents, amis, anciens élèves, enfants devenus grands» (p.230) témoignent en ce sens. C’est pourquoi elle n’est pas morte, elle «dort» (p.230) seulement. Charlotte Sibi a été «une encyclopédie de connaissances», «une pédagogue née» (ces milliers de cahiers le prouvent), «un modèle européen à suivre», «un vrai modèle qui s’imposait par une solide formation et une solide éducation». (p.231)

Olivier Dumas s’est sérieusement documenté sur l’époque (surtout le XIX-e siècle) et les personnages qu’il veut faire revivre, notamment Charlotte Sibi, «Présence française, personnalité catholique franco-roumaine ou symbole de la France et de la langue française à Iaşi pendant la période communiste, […] une enfant du siècle, une européenne avant l’heure, partagée entre les cultures française, roumaine, allemande…, blessée par les guerres et isolée par le régime communiste». (p.237) Cette trame historique est plus qu’une toile de fond: elle contribue à déterminer l’évolution des idées et des sentiments.

Le thème central de l’écrit visé réside dans la récupération du passé et de ses propres racines, mais décrypte en égale mesure la manière de l’histoire de se muer en narration, l’angle d’incidence entre le réel et le fictionnel, la sensibilité profonde de l’héroïne, la modalité d’être dans le récit. L’ouvrage d’Olivier Dumas parle également d’amour, de religion, de famille, de trahison ou de mort, mais aussi des ressorts qui les déclenchent et de la logique qui les sous-tend.

L’auteur accorde les vies de ses personnages à la grande histoire. Mlle Sibi est passionnée de didactique, de littérature, de musique, de théâtre, de philosophie; elle est fortement attirée par le travail de la mémoire, la tension entre l’identité personnelle et les rôles sociaux. Ce n’est pas difficile d’y déchiffrer l’allusion à un processus de séparation d’un certain système d’auto-représentation dérivé des valeurs imposées de l’extérieur. Olivier Dumas ne limite pas son explication à la mécanique simplifiée d’un excès qui compense un manque; pour Mlle Sibi, les fondements de la réalité ont été entièrement ébranlés ou, autrement dit, elle a tenté de se soustraire à la manière canonique de la comprendre.

Le livre d’Olivier Dumas étaye une problématique complexe. Le titre de l’ouvrage en témoigne bien car il ne s’agit pas uniquement de l’enseignement du français par un professeur éminent, mais de la mise en lumière d’un réseau matriciel qui, non seulement articule une thématique étendue à l’ensemble de l’œuvre, mais engendre un mode d’écriture. C’est pourquoi l’instrumentation théorique mise en œuvre se veut ouverte, favorisant plusieurs lectures dans le domaine de l’imaginaire et celui de la textualisation.

L’ouvrage d’Olivier Dumas départage deux types de lectures, l’une portant sur le contenu, l’autre sur les formes textuelles, mais on est loin d’un plan binaire du type «le fond / la forme» car l’amour pour le français de Mlle Sibi permet une construction à la fois homogène et centrée de l’analyse dans une dimension extensive qui devrait recouvrir beaucoup d’aspects du livre d’Olivier Dumas, permettant au lecteur de pénétrer véritablement dans l’univers trouble et troublé du communisme, un moment de l’Histoire où l’humanité a été mise en question.

Le livre met en relief la voix profonde du narrateur qui souhaite faire comprendre à son lecteur le pourquoi du dévouement inconditionné et de l’amour total que Mlle Sibi voue au français, à ses élèves, à la culture et à la civilisation française et universelle, sous le signe d’une vraie quête de l’absolu.

Pour accéder à la réalité vue par «l’œil caméra» d’Olivier Dumas, on cherche des traces, images, photos, points marginaux, en faisant appel à l’imaginaire pour maîtriser le réel. Incitante est, en ce sens, l’analyse des rêves de Mlle Sibi et de ses rapports avec l’écriture. L’image devient révélatrice et, en même temps, garde son caractère d’énigme, laquelle, si elle correspond à l’appel de l’écriture, elle n’autorise qu’en partie la connaissance de soi.

Dans ce «livre-bibliothèque», qui enchaîne aussi un vrai dialogue des cultures, l’agrégation bien coordonnée des motifs a pu permettre le passage du «sens perdu» à la «reconquête du sens» par le biais des valeurs-refuge symboliques ou affectives, religieuses ou laïques (l’oubli, la nature, les mots, les livres, les chats), à l’aventure ontologique du sujet en quête d’unité au-delà de l’errance.

L’essentiel, quant à l’originalité de l’écriture d’Olivier Dumas, a été de trouver l’exacte relation à Mlle Sibi, celle qui permet la catharsis, le pouvoir initiatique de la langue de secréter la connaissance plutôt que la révéler, d’être une vraie forme de purification, une valorisation nouvelle du silence et de la simplicité langagière. D’ailleurs, c’est justement le trait saillant de l’excellente traduction de notre collègue, Felicia Dumas.

Le livre-mémoire d’Olivier Dumas témoigne de nombreuses lectures de Mlle Sibi, mais tout aussi bien de celles de l’auteur. Ni celui-ci, ni le personnage central de l’ouvrage n’ont ménagé leur peine. Le lecteur entend clairement la voix du narrateur mais aussi celle de son héroïne. Bien touchantes sont les analyses de détail, l’art du portrait, la cohérence des idées, le jeu systématique des paradoxes.

La force de l’écriture d’Olivier Dumas et du traducteur, Felicia Dumas, tiennent à la diversité des discours qui l’habitent et à leur volonté d’être à l’écoute des voix venues de partout. D’ailleurs, auteur et traducteur mettent en forme une polyphonie de discours qui s’harmonisent sous la houlette du scripteur / souffleur, mi-chef d’orchestre, metteur en scène, présence-absence, dans ce jeu de cache-cache, où le brassage des histoires hantées par les aléas de l’existence, passée ou présente, préfigurant l’avenir, produit une parabole littéraire, espace ouvert, espace de renaissance, après les souffrances.

Olivier Dumas, suivant presque la méthode interactive de Charlotte Sibi, incite le lecteur, «notre frère humain», à repenser bien des éléments de l’enseignement des langues étrangères, en espèce, le français. Lui, un autre François qui habite Iaşi, féru de littérature, culture et civilisation françaises, décentre et prolonge le regard qu’ont pu poser, en matière d’éducation, de nombreux pédagogues, critiques, philosophes, humanistes, anthropologues, ayant étudié la même problématique. Olivier Dumas a dépassé dans son écrit le devoir de mémoire par l’intégration du devoir de penser.

Ce livre interdisciplinaire, autour de la figure emblématique de Mlle Sibi, témoigne d’un travail de recherche (une solide bibliographie), d’une aptitude de la théorisation et d’une compétence de lecteur qui révèlent des capacités d’Olivier Dumas. Mais, surtout, de même que pour Mlle Sibi, d’un amour touchant du français et de «la douce France», qui sous-tend chaque ligne de l’ouvrage et chaque instant de l’existence de son auteur.

 

 

Extraits du Journal spirituel de Charlotte Sibi

 

Commencement. 10 juillet 1929

Mon Dieu, je crois à votre infinie bonté, non seulement à cette bonté qui embrasse le monde, mais à cette bonté particulière et toute personnelle qui aboutit à cette misérable créature que je suis et qui dispose tout pour son plus grand bien.

Et c’est pourquoi, Seigneur, même quand je ne vous vois pas, quand je ne comprends pas, quand je ne sens pas, je crois que l’état où je me trouve et tout ce qui m’y arrive est l’œuvre de votre amour, et de toute ma volonté. Je le préfère à tout autre état qui me serait plus agréable mais qui viendrait moins de vous.

Je me mets entre vos mains, faites de moi ce qu’il vous plaira ne me laissant que la consolation de vous obéir.

Divin cœur de Jésus, je vous offre par le cœur immaculé de Marie, les prières et les souffrances de cette journée, en réparation à nos offenses et à toutes les intentions pour lesquelles vous vous immolez continuellement.

Je vous les offres en particulier pour le développement des retraites fermées et la défense  des missions contre le bolchévisme. Et en ce jour particulièrement encore pour le Pape.

Un Pater, un Ave et un Gloria pour l’Union des Eglises…

 

27 janvier 1937

Pourquoi au-je pris ce cahier ce soir ? J’ai senti fortement la solitude, ou plutôt comme dit si bien Elisabeth Leseur l’isolement – et j’ai relu. De nombreuses pages depuis 1932. Quelle irrégularité dans ma conduite spirituelle et pourtant mon Jésus que mon amour est pur ! Je le sens. Vous me préserver, je le sens aussi. « Vivre votre amour, mon Jésus, dans le recueillement de mon âme, vivre votre éternel amour dans la plénitude de l’instant présent ». Déhival.

Intentions du mois : 1. Maman, 2. Papa, 3. Marie, 4. Alice et Pierre, 5. La Tante Louise (+juin 1936), 6. Toute la famille de Papa et de maman, 7. Mon Directeur, 8. Le Pape, 9. Tous les prêtres, 10. Toutes les religieuses, 11. Tous les Juifs, 12. Tous les orthodoxes, 13. Tous les protestants, 14. Tous les païens, 15. Toutes mes compagnes de lycée et d’Université, 16. La famille Launay, La famille Gregorian et surtout mon petit filleul, 17. Pour les personnes de Iassy qui pensent à devenir catholiques, 18. Pour tous les catholiques de Iassy, 19.Pour la personne qui m’aura demandé de prier pour elle ; 20. Pour toutes les jeunes filles entre 20-30 ans, 15-20 ans, 10-15 ans; 21. Pour tous les enfants entre 1-10 ans ; 22. Pour le patronage ; 22. Pour toutes les mères de famille ; 23. Pour tous les défunts du mois ; 24. Pour toutes les âmes du purgatoire et spécialement pour l’âme du P. qui est le plus loin du terme ; 25. Pour toutes mes élèves ; Pour tous ceux qui m’ont fait de la peine durant le mois.

18 décembre 1941

Commencement d’apostolat effectif. Jeunes filles de 16 à 25 ans. Je suis si heureuse de cela, un bien effectif, je le sens parfaitement et pourtant mon Dieu, vous me donnez de n’en ressentir aucun orgueil, pas le moindre, mais la joie, la joie entière.

Parfois des velléités de découragement, des visions claires de défections douloureuses possibles, mais toujours sous votre doux regard, mon Jésus, et tout passe, votre amour demeure.

13 novembre 1942

Eveilleuse d’âme, quel bel idéal ! A ceux qui me disent que le propre de l’idéal est de ne pas pouvoir être atteint, j’ai envie d’être immodeste et de leur dire : je l’ai atteint, moi. Mais je sais que, malgré tout, « ils ne comprendraient pas ». Ils n’ont pas compris Jésus, comment prétendrions-nous qu’ils nous comprennent nous ! L’idéal peut, à mesure devenir de plus en plus élevé, oui, mais c’est le même, et on l’a atteint. Je dirais même plus : c’est à mesure qu’on l’atteint vraiment qu’on se rend compte que c’était réellement là notre idéal. Et on l’intensifie, on l’aime davantage, mais c’est le même que l’on sert.

 

                                 

 

20 mars 1943

Quelle année féconde ! Oui, les petits moutons sont devenus un grand troupeau. Je donne de moi-même, mais la source est intarissable. Mon Doux Sauveur, gardez-moi bien fidèle. Vous savez que j’accepte tout ce que vous voulez.

Les âmes d’enfants, de jeunes filles, font ma continuelle préoccupation. Aidez-moi, mon Dieu, à les former, les éclairer, les guider, vers vous. Suprême sagesse et suprême joie.

1er janvier 1944

Mon Dieu, tant de belles âme : Claudia, Sylvia, Liliane, Lenus surtout. Et Ionel, Tindi, Gusta, Misa, Duluta, Columbita me charment. Pensant à mon action trop récompensée parfois, je m’inquiétais. Et Dieu m’a exaucée dans ma demande simple : « Vous suis-je désagréable par cette clairvoyance ? Ne puis-je la considérer comme inévitable, mais aussi comme une source de désir d’avancer – progrès, amour, joie – d’être un bel instrument ». Et je demandais une réponse personnelle et précise. (1er novembre) Et oh ! bonté divine, Dieu a daigné répondre par Misa Bazas qui m’écrit le 20 novembre : « L’influence que vous exercez sur moi fait partie des choses qui ne dépendent point des circonstances indépendamment de notre contact « réel » vous me faites énormément de bien par le simple fait que vous existez. Savoir qu’il y a près de moi un homme qui a réalisé l’oubli de soi et qui ne pense qu’à Dieu constitue un appuie considérable pour mes efforts d’avancer dans la voie de la spiritualité. Ce qui sans vous m’apparaitrait comme un fin lointaine qu’on a de la peine à apercevoir, est pour moi, grâce à vous, une réalité vivante sous mes yeux. A ceux qui ne pensent qu’à faire le bien, Dieu a accordé une récompense bien précieuse : faire le bien constamment quoi qu’ils fassent : quoiqu’ils disent, par le simple fait de leur existence ».

Voilà comme Dieu traite ceux qui L’aiment.

Janvier-mars 1944 : Inquiétude, débats, occupation intense. Avril-décembre : refuge – Zlatna, douleur, joie de l’Eglise chaque jour. Tout et tant d’âmes à éclairer… Joie de l’apostolat.

Mai-décembre 1945 : retour à Iassy et Botosani. Douloureuses constatations : école et enseignement si nouveaux ; Quelques joies, la messe presque tous les jours.

Décembre-juin 1946. Retour à Zlatna, détachée au gymnase. Conditions de vie dures à tous les points de vue. Maman souffrante. Papa renfermé et de plus en plus infirme. Ni amitié, ni correspondance régulière. Rien humainement. 26 février : mort de maman. Restée seule avec Papa. Constate que Dieu seul peut remplir mon âme et inspirer mon activité. Messe et communion tous les jours.

12 juin 1948

Que d’évènements. Mais toujours forte et douce présence de Jésus. Et aussi cette amitié nouvelle, amie vraie, comme jamais je n’en ai eue. Sur laquelle je compte pour me vérifier vraiment. Est-ce parce que l’aurore d’une véritable persécution se lève que Dieu m’a envoyé cet ange intelligent, fin et passionné, qui sera enfin l’amie idéale, la sœur de mon âme… Apprenant que dernièrement j’ai été persécutée « pour la justice » j’ose le dire, elle m’écrit : « Mă gândesc mult la tine, și mai mult de când te știu așa de supărată și nedreptățită…” (Marioara Baltaceanu) Mon Dieu gardez-moi pure pour que je sois digne de cette amitié.

J’ai parlé de persécution. On me signifie en effet que ma manière d’enseigner ne correspond pas aux vues des dirigeants que deviennent nettement matérialistes et athées. On m’a pris en mars la dirigeance sous prétexte que j’étais trop religieuse, sans même venir voir comment je faisais les heures de dirigence, seulement en interrogeant (peut-être intimidant) les élèves. Dernièrement on m’a fait encore toutes sortes de reproches accusateurs par la même méthode cynique à force d’être absurde; enfin on veut éloigner de moi cet enfant qui est ma consolation (Rodica Petrovan) dont l’âme cette année a été particlièrement avancée.  Mon Dieu, tout nous arrive par votre volonté sainte. Rien n’est imprévu ou ne peut nous nuire si vous ne le permettez pas. Donc, j’élève mon âme à Dieu et Lui adresse mon amour et ma joie de Lui obéir jusque dans les moindres détails. Je demande seulement la force et la pureté.

Enfin, c’est encore par l’entremise de cette amie du ciel que je suis entrée en relation avec la Supérieure des Soeurs Sociales. Seigneur, est-ce là que vous me voulez ? Etre toute à vous et pourtant rester dans le monde. Continuer à me dépenser pour les hommes qui me le rendent si souvent en persécution et mépris. O doux esprit, venez éclairer mon âme et fortifier mon coeur. Ces coïncidences si nettes de mise hors de service, d’une façon, pour que je puisse entrer au service de Dieu plus pleinement, cela me ravit, me soutient et me fait sentir plus fortement encore mon indignité si réelle.

 

Extraits de la correspondance de Charlotte Sibi (1ère Partie)

 

Sîngeorz, le 1er août 1967

…Cette année j’ai travaillé plus que jamais… Toute la semaine je donne des leçons aux petits enfants entre 5 et 12 ans. Je leur mets des notes, je donne des récompenses; ils apprennent très bien. Mais cela me prends tout mon temps. Je puis heureusement aller à l’église tous les matins.

Iassy, le 14 août 1967

Elever (a ridica) une âme est la plus belle mais aussi la difficile chose au monde…

Les enfants, il ne suffit pas de les connaître et même de les comprendre ; il faut surtout les aimer ; les enfants ont besoin d’amour comme la plante du soleil. Et encore : il faut être gai avec eux, n’oubliez pas qu’un « cœur joyeux tue plus de microbes que tous les antiseptiques du monde ». Les enfants surtout ont besoin de gaité, car ils oublient vite les petits ennuis, les contrariétés, les punitions et surtout les conseils… tout cela passe, glisse. Mais la gaité demeure comme les pierres dans le courant et forme leur caractère plus solidement et sainement. Ce qu’on fait dans la joie est généralement bien fait.

22 octobre 1967

J’aurais voulu vous écrire pour la fête de notre chère petite Sainte Thérèse. Mais je dois tout faire à la hâte, et même, hélas, les leçons, parfois, car il y a trop d’élèves et trop à faire pour les faire avancer. A propos des leçons : avez-vous un peu commencé avec  vos fils ? Le plus tôt est le mieux ; je commence parfois avec des petits de 4 ans et demi et cela va très bien, leurs esprit est plus libre. Naturellement je collabore avec les parents c’est la condition essentielle que je pose en commencent les pourparlers. Car il faut que les petits de moins de 8 ans fassent chaque jour un peu de français pour savoir quelque chose et il faut continuellement répéter. Pour que ce ne soit pas abstrait je prends des livres illustrés – les livres russes pour cela sont excellents- et je décris le tableau. Si vous vous décidez à commencer je puis vous indiquer précieusement le procédé.

Iassy, 18 avril 1976

Je me revois parfois dans la jolie petite église de Botosani. Que les prières étaient douces alors de grâces reçues par notre cher Père Clofanda. Du haut du ciel, il voit tout… Quand je pense parfois que toutes les bonnes actions de ceux qui n’ont pas la grâce de Dieu ne servent à rien, pour le moment du moins, une grande tristesse remplit mon âme et un désir intense de les éclairer, de leur expliquer, qu’ils vont les yeux fermés, vers un abîme de malheur sans nom.

4 avril 1984

J’étais inquiète n’ayant pas de vos nouvelles depuis assez longtemps. Les temps sont aujourd’hui si pleins d’évènements que je craignais qu’il ne fut arrivé quelque chose : on démolit, on déménage on a toutes sortes d’ennuis. Je vois que vous n’avez pas été épargnée ; mais enfin on n’a pas démoli votre maison et c’est toujours quelque chose. Mais il ne faut pas être triste : vous savez que saint François de Sales a dit : « Un saint triste, c’est un triste saint ». Mais je vous comprends car moi-même je lutte pour ne pas être trop triste dans ma grande épreuve dont je ne vois pas la fin.

Pour votre fête je vous souhaite de tout mon cœur une bonne santé, de la chance, la paix de l’âme et du cœur. Ce sont les seuls biens que l’on peut souhaiter, les autres sont si aléatoires !

Cette année, le 19 mars, jour et fête de St Joseph, je n’ai pas pu aller à l’église, ni auprès de la statue qui m’est si chère et où on me réservait la place même quand il y avait beaucoup de monde. Parce que depuis octobre dernier un mal étrange, une sorte de varices m’a forcée à m’interner le 8 novembre jusqu’au 12 mars. J’ai dû subir une opération – greffe- le 25 janvier étant obligée de rester immobile les muscles se sont ankylosés et maintenant je ne puis marcher… C’est une épreuve qui me fait souvent pleurer. Dieu cependant a eu pitié de moi car le 8 décembre on a consacré au séminaire 24 diacres qui ont la permission de donner la Sainte Communion et ils sont venus régulièrement tantôt l’un, tantôt l’autre, le mardi, le jeudi et le dimanche quand leur programme le leur permet. Ils viennent ici aussi, rue Paladi.

19 novembre 1984

J’entends dire que Botosani est bien changé – j’espère toutefois que le jardin public est resté le même – et le lycée, l’a-t-on modifié comme architecture ?

Les leçons de français clarifient les connaissances, les ordonne, les classe. Je passe mes journées à prier – lire – écrire – donner quelques leçons à des petits et petites de 5 à 6 ans – les parents sont enchantés car les enfants progressent vite à présent – mais on les occupe trop avec les mathématiques. Ce sera une génération de cerveaux fatigués.

Iassy, le 5 août 1985

« Ne soyez en dette avec personne, sinon de l’amour mutuel » nous dit si joliment Saint Paul. Votre visite m’a fait un plaisir immense. Tout ce que vous avez dit, je l’ai enregistré avec soin et amour. Il est si doux de voir, de sentir que parfois ce que vous avez semé donne de bons fruits. Je vous souhaite le même bonheur.

Je fais tous les jours pour votre famille les prières de Saint Joseph. Les prières que Jésus lui-même a dictées à Sainte Brigitte et qui sont d’une efficacité extraordinaire. Dernièrement j’ai repris ces prières pour ma famille qui – ma sœur Alice Caraman exceptée – ne fréquente plus l’église depuis des années. Et le 7 décembre 1984, au dernier moment presque, ma sœur Alice a reçu la visite du père Dobos qui l’a confessée et lui a donné la Sainte Communion- 5 heures après elle mourrait. Enfin, le 1er février, l’aînée de nous trois, ma sœur Marie, se confessait après quarante ans d’abstention. Le Père Despinescu vient tous les mercredis m’apporter la Sainte Communion.

Je vous remercie pour le précieux cadeau que vous m’avez fait lors de votre visite avec votre mari. Fraga (la femme de Petrisor) a poussé un cri de joie en recevant le paquet car depuis 10 jours on n’a vu l’ombre de viande…

 

 

Les Cahiers de Charlotte N°2/2013 (à paraître)

 

Nous lançons un appel à tous les professeurs de français qui veulent participer à la rédaction du prochain numéro des Cahiers de Charlotte (N°3/2013 à paraître en mai prochain) et écrire sur le thème suivant : « Présence et enseignement de la langue française à Iasi » ou réaliser des fiches pédagogiques sur un sujet de Civilisation française (éventuellement avec le concours d’élèves, notamment pour les illustrations). Délais d’envoi : fin mars 2013.

http://www.les cahiersdecharlotte.wordpress.com

Solidarité avec les professeurs de français et leurs élèves du milieu rural

 

Au mois de décembre 2012, l’Association Charlotte Sibi a offert des dizaines de livres, revues pour les enfants et documents audio-visuels en français, aux élèves (3ème, 4ème et 5ème) des villages de Satu Nou et Poiana de Schitu Duca (Iasi) et à leur professeur, Mlle Anca Cristea.

 

 

Adhésions/Ré-adhésions

 

Nous invitons les membres et sympathisants de l’Association « Charlotte Sibi » à acquitter le paiement de leur cotisation pour l’année 2013 (10 lei minimum) à :

 

Asociatia « Charlotte Sibi » – Association culturelle francophone

Informations et adhésions : Olivier Dumas (Institut Français Iasi – 0232.267.637)

charlottesibi@yahoo.fr

www.charlottesibi.wordpress.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :