Histoire de Charlotte (racontée aux enfants)

L’histoire de Charlotte

Il était une fois une petite fille qui s’appelait Charlotte et qui vivait à Iasi. Charlotte Sibi – Sibi c’est son nom de famille – est née à Iasi au début du siècle dernier, en 1901. Son père est français, et professeur de français à Iasi, sa mère est allemande et Charlotte a deux sœurs Marie et Alice. Chez Charlotte, qui habitait pas loin d’ici sur la colline de Copou, en famille, tout le monde parle français et, plus tard quand elle sera grande, Charlotte veut devenir professeur de français.

Quand Charlotte a 14 ans, la première guerre mondiale éclate et son père a doit aller se battre en France. Toute la famille part à Paris, capitale de la France, où Charlotte va vivre pendant toute la guerre. A Paris, Charlotte est une très bonne élève et elle lit beaucoup. Au dessus de la porte de son lycée, comme sur toutes les autres écoles de France est écrit la devise de la République Française : Liberté, Egalité, Fraternité.

Quand Charlotte a 17 ans, la guerre s’arrête enfin et pour célébrer la victoire de la France – et de la Roumanie puisque les deux pays étaient amis et alliés contre un ennemi commun – un défilé militaire est organisé au pied de l’Arc de Triomphe devant le président de la République. La population de Paris manifeste sa joie en chantant dans les rues l’hymne national de la France appelé « La Marseillaise » et en agitant des drapeaux français tricolores : bleu, blanc, rouge. La paix revenue, Charlotte, avant de rentrer en Roumanie, va dire au revoir à la Tour Eiffel et à la cathédrale Notre-Dame de Paris qu’elle aime tant et où elle allait prier souvent.

De retour à Iasi, Charlotte termine son lycée, passe son baccalauréat, et fait ses études à l’Université pour devenir professeur de français – langue que l’on parle en France, en Belgique, en Suisse, au Canada et dans d’autres pays.

Professeur et Demoiselle, Charlotte refuse de se marier pour pouvoir se consacrer et s’occuper seulement et en intégralité à ses élèves et à l’église où elle va tous les jours pour prier longuement pour la santé et la réussite des enfants dont elle s’occupe.

Malheureusement, une deuxième guerre mondiale arrive et Charlotte se réfugie en Transylvanie avec sa famille. A la fin de la guerre elle rentre à Iasi et retrouve les élèves de ses classes du lycée de Botosani. Mais peu de temps après elle est forcée de quitter son lycée par le gouvernement communiste – des gens qui ne l’accepte pas parce qu’elle est d’origine française et qu’elle va à l’église, eux qui ne croient pas en Dieu… Un peu plus tard, on interdit d’apprendre le français dans toutes les écoles de Roumanie et on force les enfants à apprendre le russe cela à duré plusieurs années.

Comme Charlotte n’a plus le droit d’être professeur à l’école, et comme le français n’est plus enseigné à l’école, Charlotte devient professeur de français chez elle, dans sa maison, pas loin d’ici sur la colline de Copou. Alors, des centaines, des milliers d’enfants de votre âge vont chez elle accompagnés de leur parents et apprennent le français avec Mademoiselle Charlotte Sibi. Mais elle ne leur apprend pas seulement le français, mais aussi l’histoire et la géographie de la France. Elle leur explique que, si les ancêtres des Roumains sont les Daces, les ancêtres des Français sont les Gaulois. Elle leur apprend que la France est un pays plus grand que la Roumanie, avec une population de 62 millions d’habitants, et avec pour frontières naturelles les montagnes des Alpes et des Pyrénées, l’Océan Atlantique, et les mers Méditerranée et du Nord. Enfin, elle leur raconte que la France est entourée par l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, L’Italie et l’Espagne.

Charlotte aime beaucoup les enfants elle leur apprend les bonnes manières, à toujours faire le bien, pas le mal, et toujours elle récompense pour leur bon travail en français tous ses élèves qui le méritent en leur offrant des magazines en français, comme la revue Pif ou d’autres cadeaux. Quand c’est l’anniversaire d’un élève, elle organise une grande fête chez elle avec des gâteaux pour tous les enfants qu’elle prend en photo avec un très vieil appareil de photographie. Et quand ses élèves sont partis elle va dans sa chambre ou à l’église et elle prie pour eux, pour leurs parents et pour la Roumanie.

Quand Charlotte est devenue une très vieille dame qui ne peut presque plus marcher, elle ne s’arrête pas de travailler et continue tous les jours à donner ses leçons de français, dans sa chambre, par amour pour la langue française et pour les enfants.

Mademoiselle Charlotte Sibi est morte à l’âge de 88 ans, sans avoir été mariée et sans enfants. Certains disent qu’il est triste qu’elle n’ait pas eu d’enfants, mais Mademoiselle Charlotte n’était pas triste, pas seule, elle a été entourée toute sa vie par des centaines, des milliers d’enfants qu’elle a aimés, qui l’on aimée et qui ne l’ont pas oubliée puisqu’ils ont créé une association qui porte le nom de Charlotte Sibi.

Aujourd’hui les enfants, vous avez la chance de pouvoir apprendre librement le français à l’école ou au Centre Culturel Français, et puis vous avez aussi une autre chance, celle de participer au concours « Charlotte Sibi » et de gagner des « récompenses pour le bon travail », comme Charlotte en offrait à tous ses élèves qui travaillaient bien.

Charlotte enfant

Charlotte adolescente

Charlotte à l'âge de 28 ans

Charlotte Sibi dans les années '60

Charlotte Sibi dans les années '70

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :